Une santé meilleure marché

Pendant 2 années, avant de partir travailler à temps plein en tant que programmeuse Internet ou juste après qu’elle a endormi son enfant pendant la nuit, Ursula Wing est allée dans une société vendant des comprimés pour l’avortement depuis votre chambre à coucher de son York condominium. La mère solitaire âgée de 40 ans s’acquittait des achats qui avaient été présentés sur son site Web, transformant ainsi un peu de bijoux précieux à un prix abordable en un envoi postal ayant reçu un accord de retour pour «Le panier de perles de Fatima». Caché juste derrière un Un seul comprimé de mifépristone et 4 comprimés de misoprostol a été collé. Contrairement à beaucoup de personnes actives dans le mouvement souterrain visant à aider les femmes à défier le recours de plus en plus limité aux fournisseurs d’avortements, Wing n’a pas pensé au départ à être une activiste. Elle a commencé cette fonction simplement parce qu’elle avait besoin d’argent pour payer des accusations licites tout au long d’un défi de garde prolongé avec son ancienne compagne. Elle réalisa qu’il y avait clairement une nécessité disponible. En 2012, elle a appris à composer sur le blog, le MacrobioticStoner, sur le fait de mettre fin à sa grossesse avec des comprimés achetés sur Internet, et des dames ont souvent publié des commentaires demandant l’aide à effectuer exactement la même chose. Ainsi, en mai 2016, Wing a publié une page Web intitulée «bodega secrète», dans laquelle les clients pouvaient acheter un forfait d’avortement médicamenteux, sans évaluation ni prescription requise, au prix de 85 $ avec livraison rapide. Les années suivantes, elle fournirait plus de 2 000 clients. Wing a informé personne de son entrée dans le système mondial de fournisseurs de médicaments pour l’avortement non réglementés. Elle a publié un lien Web vers la boutique dans la partie commentaires de son blog mais n’a pas réussi à faire de promotion. «Je n’ai pas voulu être découverte sans effort», déclare-t-elle. « Et je crois comprendre que toutes les dames qui recherchaient ces informations sur Internet – passeront en revue la 40e page Web des résultats des moteurs de recherche jusqu’à ce qu’elles découvrent ce qu’elles recherchent. » En 2000, la gestion des repas et des médicaments est autorisée. la mifépristone, ce qui crée une possibilité réelle d’interruption de grossesse par des comprimés. Un avortement médicamenteux implique généralement de prendre de la mifépristone accompagnée de misoprostol dans un délai de deux fois. En 2014, la technique des deux médicaments était utilisée dans près de 45% des avortements pratiqués dans les centres de traitement au cours des neuf premiers jours de la grossesse. L’avortement provoqué par un individu est interdit dans 7 cas, et la mifépristone est totalement régie par l’administration des aliments et drogues. Il peut être dispersé uniquement dans un environnement médical avec un fournisseur agréé. À mesure que le recours aux centres de traitement de l’avortement diminue et que la voie à suivre pour les droits légaux en matière de procréation apparaît précaire au cours de la période Kavanaugh, le désir d’avortement provoqué par des personnes augmente. Pour beaucoup de femmes, les centres de traitement sont beaucoup trop éloignés ou trop coûteux. D’autres personnes considèrent que l’avortement médicalisé est une meilleure option: moins coûteux, personnel et malgré ce que les partisans anti-avortement considèrent comme généralement sécurisé. Un certain nombre de recherches, telles que de grandes évaluations organisées, ont révélé que les problèmes importants posés par l’avortement médicamenteux sont inhabituels, et une étude scientifique n’a révélé aucun résultat inhabituel pour les femmes qui utilisent des tablettes postales.

Comments are closed.