Quand tu blogues

À la faveur d’un stage dans une start-up de déco, elle découvre les bureaux de presse et le monde du design. Elle y évolue depuis 15 ans. « J’adore mon boulot. Les gens sont beaux, les apparts sont beaux, il y a un peu de pression mais on ne sauve pas des vies. J’aime cette légèreté. Mon vrai combat, je le mène en rentrant devant les assiettes de coquillettes. » Sa seconde journée commence à 19h, quand elle va chercher ses enfants à la garderie de l’école. « Tu es la dernière des mamans », ne manque pas de lui rappeler sa progéniture à l’occasion. « J’ai conscience qu’ils ont des journées de ministres, mais ça ne m’atteint plus. Ma culpabilité est définitivement partie. » Elle a d’ailleurs consacré un post à ce sujet. « J’ai véritablement arrêté de culpabiliser à l’arrivée de Jules et Louise. Tout le monde nous avait souhaité bon courage, mais moi je m’étais conditionnée. Je m’étais dit que si je n’y arrivais pas, ça ne serait pas grave. J’ai trouvé l’arrivée des deux premiers plus difficile que la leur. Au début, tu idéalises. Au troisième, plus du tout! » Après la naissance de son deuxième enfant -Gabrielle-, Agnès a connu pendant quelques mois une dépression post-partum. « Je ne trouvais plus ma place. J’essayais d’être une bonne mère, une bonne attachée de presse, mais je n’étais plus à l’aise nulle part. Finalement, c’est l’envie d’un nouvel enfant qui m’a sauvée: je me suis dit que cette fois, je ferais ce que je peux. » À l’arrivée de Jules et Louise, un congé de six mois l’aide à envisager les choses plus sereinement: « Alors que je n’avais pas eu le temps de profiter de mes précédents congés maternité, j’en ai cette fois savouré chaque moment. Au point de me rendre compte, à la fin, que j’éprouvais le besoin de retourner travailler. »

Comments are closed.