La réponse de l’économiste

Il y a quelques jours, je me suis rendu à Lisbonne où j’ai assisté à un meeting économique m’a mené du côté de Lisbonne. Le séminaire n’avait rien de remarquable. Mais l’un des communicants s’est fendu d’une réponse plutôt captivante à une critique fréquemment émise aux analystes économiques : l’idée que l’économie est une science inconsistante. La réponse qu’il a fournie était la suivante. En économie, il est utile de distinguer l’économie positive de l’économie normative. Même si tous les économistes adhéraient à une même analyse économique positive quant au fonctionnement du monde, il y aurait encore de la place pour des désaccords à propos des recommandations normatives, édifiées par des jugements de valeur qui peuvent varier. La plupart des litiges entre économistes se trouve en réalité dans ce second cas. Qui plus est, il n’est pas non plus choquant de détecter des désaccords substantiels et tenaces en matière d’économie positive. C’est que les circonstances où l‘économie peut être une science expérimentale sont effectivement rares. Pour prendre un exemple, il serait extrêmement coûteux de mettre au chômage 50 % de la population rien que pour voir comment l’économie se comporte dans une telle situation. Comme il est traditionnellement impossible de réaliser de telles expérimentations, les économistes doivent ainsi de chercher à distinguer de nombreux facteurs dans les données du passé. L’utilisation de statistiques portant sur un grand nombre d’années favorise cette élucidation, mais conduit à une nouvelle complication. Les institutions et les attitudes changeant au fil des années, il est possible que des données remontant à de nombreuses années en arrière ne soient plus appropriées pour expliciter les comportements présente. En bref, les aléas auxquels les économistes doivent faire face sont complexes et ils font de leur mieux. Ce congrès à Lisbonne s’est conclu sur une note qui me semble plaisante : la plupart des individus ne prétend pas s’y connaître vraiment en physique quantique ; mais tout le monde croit en savoir un bout à propos des problèmes étudiés par l‘économiste.

Comments are closed.