Conférence sur la feuille de route numérique

Les objectifs gouvernementaux sur l’open data se traduisent pour le ministère par une mise à disposition de jeux de données culturelles qui sera optimisée courant 2013 par la mise en place d’outils technologiques permettant d’augmenter la fréquence des mises à jour de ces données et d’alléger le travail des équipes en interne. La sémantisation d’un premier périmètre de données culturelles et de langue française sera réalisé courant 2013, dans la prolongation des premières initiatives menées avec le CNRS, afin de favoriser l’émergence de nouvelles connaissances sur Internet. Afin de tirer parti des nouvelles technologies et tenir compte de l’évolution des usages, le ministère a prévu des moyens projet pour développer une plateforme qui permettra aux citoyens de participer à l’enrichissement des contenus culturels et linguistiques. Le ministère met en place des outils de circulation interne de l’information de type gestion électronique des documents (GED) ou gestion du courrier d’autre part. Les opérateurs, enfin, sont à l’initiative de nombreux services innovants qui s’appuient sur les nouvelles technologies. Le ministère veillera, dès mi 2013, à promouvoir le partage du savoir faire et des moyens y afférents. Un diagnostic est en cours sur les instances de pilotage et d’animation réseau entre administration centrale et déconcentrée, afin d’en réduire le nombre et de les recentrer sur une dimension de pilotage stratégique. Par exemple, le traitement des aides relatives au périmètre de la création artistique et l’examen des demandes relatives aux « manifestations artistiques de qualité », instruites par l’administration centrale sera désormais déconcentré. Les processus comptables et budgétaires continuent d’être simplifiés en prenant appui sur les leviers tels que la dématérialisation des pièces justificatives et les circuits de transmission entre services. Les processus liés à la gestion des systèmes d’information s’aligneront sur les standards de la norme ITIL qui traduisent les bonnes pratiques mises en places par les directions SI. Les processus RH sont revus dans l’optique du raccordement à l’ONP et du nouvel SIRH et visent une simplification avec un impact à la fois sur les gestionnaires et les usagers internes. Le processus de validation des programmes scientifiques et culturels (PSC) des musées de France et le processus des certificats d’exportation des biens culturels seront simplifiés. Le Conseil National des Arts Plastiques (CNAP) sera réformé afin de simplifier le processus d’autorisation des prêts et dépôts ou encore l’optimisation du processus d’enrichissement des collections. Les procédures de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) seront simplifiées grâce à l’élaboration d’un manuel interne descriptif des métiers.

Comments are closed.