Archive for the ‘Featured’ Category

Expert en vin ?

Jeudi, février 1st, 2018

Expert en vin, voilà ce que je suis en passe de devenir. Et c’est à peine si je fanfaronne. :-) Avec quatre ateliers d’oenologie derrière moi, je commence à devenir sérieusement calé dans le domaine. Un récent cours m’a décidé à vous détailler la vinification du blanc. Si les blancs peuvent être créés avec l’aide de raisins blancs ou rouges, il faut faire attentiont à ne pas insérer les rafles au jus au moment de la vinification. En conséquence, le pressurage doit se faire avant la fermentation, (à l’inverse du vin rouge, dont on procède à la fermentation en premier lieu). Mais les vins blancs offrent d’autres particularités dans leur conception, puisqu’ils peuvent être secs, moelleux ou liquoreux. En premier lieu, il est important de savoir attendre le bon moment pour vendanger. En second lieu, le moût de blanc ayant tendance à s’oxyder au contact de l’air, il faut procéder promptement au pressurage. Le succès de ce procédé requiert également une certaine délicatesse : il faut empêcher toute pression inutile susceptible, qui aurait tendance à fournir au vin une saveur acidulée dans la bouche. Quand il ressort du pressoir, le moût doit ensuite être placé dans un cuvier de débourbage. Alors, il peut être ensemencé grâce à une souche de levures, qui doit être strictement appropriée aux traits des arômes primaires. En résulte ensuite l’étape de vinification alcoolique, celle qui nous intéresse vraiment, qui va métamorphoser le sucre en alcool, et donc, le jus de raisin en vin. Au cours de de celle-ci, de nouveaux arômes voient le jour : les arômes secondaires, qui vont avoir un rôle fondamental dans la composition du bouquet et dans sa qualité. Leur composition est assistée par une vinification à basse température, autour de 18°. Dans le cas des vins doux, moelleux comme liquoreux, le processus de la vinification diverge en deux points du mécanisme expliqué plus haut : avant tout, le pressurage est plus long ; ensuite, et c’est l’élément essentiel, la vinification doit être interrompue avant la mutation intégrale des sucres en alcool. J’espère que vous aurez trouvé ce petit cours dédié aux vins blancs utile et instructif. Promis, si j’effectue comme prévu un autre cours d’oenologie, je m’attaquerai au rosé ! Suivez le lien pour le contact de ce cours d’œnologie.

Promenade à Mendoza, en Argentine

Lundi, décembre 18th, 2017

La recette pour mieux résister à une crise

Vendredi, octobre 6th, 2017

Quels sont les éléments qui aident nos sociétés et nos économies à résister à une crise ? C’est une question essentielle à laquelle la crise de 2008 nous a tout de même permis de répondre.La crise financière et économique mondiale qui a débuté en 2008 a laissé de nombreuses régions de l’Union européenne en proie à des niveaux élevés de chômage, de dette publique et de dette privée. Pour bon nombre de personnes et de familles, elle a été synonyme de difficultés sans précédent et de lutte pour joindre les deux bouts. La crise a aggravé des problèmes qui existaient déjà depuis un certain temps et a donc touché certains pays plus durement que d’autres. L’environnement d’investissement était plus favorable dans certains pays et certaines entreprises étaient plus compétitives, tout comme certains marchés du travail et certains systèmes sociaux ont mieux absorbé les chocs et ont pu offrir une protection plus efficace contre les effets négatifs de la crise. Dans les pays les plus résilients, des emplois ont également été perdus, mais les entreprises ont réussi à en créer de nouveaux plus rapidement. Les systèmes de sécurité sociale, en particulier les allocations de chômage, ont aidé les citoyens à garder la tête hors de l’eau au cours des transitions, et les services publics ont mis l’accent sur la reconversion professionnelle et la réinsertion sur le marché du travail. Les régimes de revenu minimal ont aidé les citoyens à subvenir à leurs besoins élémentaires et à vivre dans la dignité. Les pays dans lesquels les partenaires sociaux ont été étroitement associés aux réformes du marché du travail affichent des résultats positifs durables, car la participation desdits partenaires a garanti l’adhésion d’un large éventail de parties prenantes aux processus de réforme.

La démission du Général

Mardi, juillet 25th, 2017

La démission mercredi du général de Villiers en désaccord budgétaire avec Emmanuel Macron est la première crise du quinquennat, estime jeudi la presse inquiète des suites que pourrait avoir cette affaire. Pour Le Monde, c’est une « crise historique et inédite ». « Une « crise inédite », titre également Le Figaro. « L’une des premières grosses crises du quinquennat », écrit les Echos. « Une crise politico-militaire », titre en pages intérieures Le Parisien. « Les premières crises sont souvent celles qui marquent le mandat et les esprits », rappelle Johan Hufnagel, dans Libération. Et l’éditorialiste de se demander « si ce +silence dans les rangs+ disproportionné » ne serait pas « le signe d’un président incapable d’accepter la moindre critique ». Pour Arnaud de La Grange, du Figaro : « le président a commis une double faute sur le fond et sur la forme ». Et pour lui, le Président a « choqué l’opinion. Les Français savent à qui ils doivent leur liberté et la protection de leurs enfants ». « Les choses sont claires : on n’est pas en face d’un conflit d’ego, mais bien en face d’une crise profonde. La première vraie crise du mandat en cours. La méthode aura des suites politiques », assure Michel Urvoy, dans Ouest-France. « La crise des armées est majeure et loin d’être terminée! Pis elle affaiblit le début de ce quinquennat », affirme pour sa part Hervé Chabaud, du Journal de la Haute-Marne. « Une crise institutionnelle majeure », renchérit Dominique Garraud, de la Charente Libre pour qui le Chef de l’Etat « aurait pu en faire l’économie ».  « Le malaise est grand et ne se dissipera pas si facilement. Parce que cette démission est un événement historique et qu’elle touche à un corps d’État redevenu très populaire depuis les attentats », explique Pascal Coquis, des Dernières Nouvelles d’Alsace. « Sa méthode de résolution des conflits, sans retenue, en imposant le rapport de force, se fait jour » et inquiète Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre-Ouest. « Ce n’est pas de nature à apporter de la sérénité à nos troupes », déplore Bruno Dive, dans Sud-Ouest. Emmanuel Macron « a politiquement tort lorsqu’il brise le lien de confiance entre lui et +ses+ soldats en humiliant leur chef », estime Hervé Favre, de La Voix du Nord. Pour Hubert Coudurier, du Télégramme : « C’est le premier gros bug du quinquennat parce qu’il met en scène un chef de l’État face au chef d’une institution, aujourd’hui, très populaire ». « Une erreur de débutant », juge-t-il. « C’est bien d’avoir un statut aux yeux des dirigeants de la planète, mais c’est mieux un matériel en état. Et ce n’est pas le cas », s’emporte Yann Marec, du Midi Libre. « Le président Macron a commis un important faux pas. L’armée française est bien au bord de la rupture », insiste Laurent Bodin, dans l’Alsace, avant de mettre en garde le chef de l’Etat : « en cas de nouvelle attaque, le président Macron aura du mal à justifier sa décision de ne pas avoir épargné le budget des armées. »

Europe : que proposent les candidats à la présidentielle ?

Mardi, avril 11th, 2017

Convaincu qu’il existe «un chemin pour réorienter l’Europe», le candidat investi par le Parti socialiste milite pour «une Europe forte et unie». Pour y parvenir, il veut faire adopter un «traité de démocratisation de la gouvernance» dans la zone euro. Ce traité prévoit le remplacement de l’Eurogroupe par une assemblée parlementaire constituée de députés nationaux plutôt que d’eurodéputés. Cette nouvelle assemblée aurait pour mission de décider du budget de la zone euro, mais aussi des politiques d’harmonisation fiscale et sociale ou des objectifs de réduction des déficits. Elle fixerait par exemple le taux minimum de l’impôt sur les sociétés en Europe. L’ex-ministre de l’Éducation entend aussi lancer un projet de défense européenne. Pour cela, il espère renforcer les moyens de sécurité aux frontières en soutenant l’agence Frontex. Désireux de créer un «hub européen», Benoît Hamon prône la mutualisation progressive des moyens de renseignement pour aboutir à une agence de renseignement européenne. Ce projet est dans la lignée des propositions formulées par François Hollande lors d’un mini-sommet à Versailles, le 6 mars 2017. Benoît Hamon est aussi pour une révision de la directive sur les travailleurs détachés , qui favorise la libre circulation des personnes et permet aux salariés des États membres de travailler dans un autre pays de l’Union européenne. Cette révision comprendrait une meilleure lutte contre la fraude des sous-traitants, le renforcement des inspections du travail mais aussi des contrôles sur les chantiers. L’objectif du candidat de la gauche: «à travail égal, salaire égal»

Le retour en force

Lundi, mars 13th, 2017

Ce fut une attente interminable. Mais enfin, ça y est, elle est là. Au terme d’une attente interminable, les fanboys vont enfin pouvoir se faire une idée plus précise de cette fameuse Switch ! Pour ma part, j’hésite encore, mais je crois d’emblée pouvoir dire qu’elle va rencontrer un énorme succès. Parce que son concept est à la fois simple et riche. On est à des années-lumière de la précédente génération que le public a pris pour une simple Wii améliorée. La Switch est console hybride, avec laquelle on peut jouer sur l’écran du salon aux toilettes. C’est tout simplement  génial ! C’est d’une simplicité enfantine, au point qu’on en vient à se demander pourquoi personne ne l’avait encore jamais fait avant. Et à une ère où l’on a pris l’habitude de jouer en tout lieu avec nos portables, c’est carrément un combo malin. Il reste à voir ce que cela donne entre les mains, mais je ne m’en fais pas trop de ce côté-là : Nintendo a toujours tenu ses promesses, avec des produits de qualité. Le passage de la télé au mode nomade semble se faire sans problème, et la modularité des accessoires a l’air aux petits oignons. Et puis, les premiers tests sont très positifs. Comme console de salon, la Switch n’est certes pas comparable à ses concurrentes. Mais je ne pense pas que cela ait de l’importance, car elle ne joue pas du tout dans la même cour. Et en tant que console portable, c’est vraiment la console la plus puissante jamais réalisée. Pour autant, elle a certains défauts. L’absence de la console virtuelle, qui permet de jouer aux anciens titres, constitue à mes yeux un problème de taille. Et les éditeurs tiers brillent par leur absence. Certes, Nintendo n’a jamais vraiment sorti les AAA de Microsoft ou Sony, mais le line-up actuel fait pitié à voir. Mais ça n’en reste pas moins une console audacieuse, et pour moi, le pari a été tenu. A mon avis, on peut présager une belle réussite à ce nouveau venu !

Impressions de vacances

Vendredi, août 28th, 2015

Campement bédouin roots à Dubai

Jeudi, octobre 2nd, 2014