Archive for the ‘Activités’ Category

Trois petits tours et puis s’en vont

Lundi, octobre 19th, 2015

Mardi dernier, 11h15. Je range ma Clio dans le parking. J’ai un peu le sentiment de lui être infidèle. D’ici moins d’une heure, je vais piloter un véhicule un brin plus grisant : une Lamborghini ! Je confie mon permis de conduire au guichet et gagne la file d’attente. Il y a du monde. Ca me rassure, ça veut dire que l’activité fonctionne. D’autant que certains semblent être des habitués. J’arrive à la salle de briefing où un formateur nous décrit les bases de la conduite. En effet, on ne conduit pas une supercar comme on conduit une citadine. Je pensais que le brief’ serait rébarbatif, mais le cours est interactif. La salle est bondée. Il faut dire que la plupart des participants sont venus accompagnés, et les enfants sont surexcités. A la fin du briefing, on rallie enfin le bas-côté du circuit où nous sommes accueillis par un autre moniteur qui régit l’organisation. Il appelle au micro tour à tour chaque participant, qui passe alors un casque et gagne le véhicule devant une foule en liesse. Entre le bruit des moteurs, le micro et les cris d’encouragement, l’atmosphère est vraiment sonore ! Enfin, j’entends mon nom au micro. C’est à moi ! J’embarque avec d’autres dans une Chevrolet Camaro. On est partis pour un tour de piste à 80 km/h où le pilote nous dévoile la configuration du circuit. Des plots permettent d’identifier les trajectoires, où commencer à freiner, etc. Après ce petit tour de piste, retour à terre. Puis mon nom est une fois encore appelé. Les choses sérieuses commencent ! Je monte à bord de la Lamborghini, côté conducteur, prends mes marques. Il faut que je sois bien installé si je veux profiter de ces trois tours. Une fois que tout est en ordre, j’enfonce le bouton rouge et le ronronnement du moteur se fait entendre. Vingt ans que je rêvais de ce moment ! J’écrase finalement la pédale des gaz et m’insère sur la piste ; le moins qu’on puisse dire, c’est que la bête est réactive. Heureusement, l’instructeur me sert de copilote et m’alerte des virages à l’avance, ce qui me permet d’anticiper. Je fais chanter le moteur, c’est un pur moment d’excitation. En fait, il n’y a qu’un seul défaut à cette expérience : le temps. Les trois tours passent à toute vitesse. Et il est « assez » difficile de retrouver sa Clio après ça… Plus d’infos sur le spécialiste du stage de pilotage GT. Suivez le lien.

Nous avons testé la cuisine moléculaire

Mardi, mars 3rd, 2015

La gastronomie moléculaire est la recherche et compréhension des phénomènes qui arrivent lors des modifications culinaires. La préparation moléculaire est maintenant attractive et perçue comme une méthode de cuisine. Phénomène à la mode pour certains, penchant de fonds pour les autres, la gastronomie moléculaire n’en reste pas moins une réelle discipline scientifique. Pour Hervé This, physico-chimiste qui est l’un des fondateurs de la cuisine moléculaire, la stature moléculaire assure de mieux modéliser les interactions chimiques typiques de la cuisine, notamment dans les émulsions, les cuissons à cœur, les effets tensio-actifs… La nomination de la technique provient de la rencontre de Nicholas Kurti et de Hervé This qui ont appréhendé qu’un domaine scientifique pouvait facilement être distingué, non pas dans la compréhension des ingrédients, mais, plus précisemment, dans la compréhension scientifique des phénomènes gastronomiques. L’un et l’autre ayant fait à des analyses sur les technicités physico-chimiques mis en œuvre par les manières empiriques de la gastronomie, ils coopérèrent à partir de 1985, et leur collaboration fructueuse ne devait prendre fin qu’avec la disparition de Kurti en 1998, à l’âge de 90 ans. La nomination « gastronomie moléculaire » revient à la biologie moléculaire: en 1934, Warren Weaver, alors DG du NIH, avait suggéré cette appellation pour nommer cette nouvelle technique de la biologie où l’on présentait des techniques chimiques et physiques. Pour la cuisine moléculaire, l’objet est la même : primitivement, le moteur de la méthode correspondait à l’introduction en cuisine de méthodes tirées de la chimie et de la physique. Quelques grands cuisiniers s’inspirent des techniques de la cuisine moléculaire, parmi eux, Pierre Gagnaire, Thierry Marx ou Marc Veyrat. La cuisine moléculaire s’est répandue dans les foyers. Vous pouvez présentement réaliser des cours de cuisine moléculaire avec quelqu’uns des grands de la discipline.

Le 6 juin en B-17

Jeudi, juin 5th, 2014

Alors que l’on se focalise, avec raison, sur les commémorations du débarquement allié en Normandie, certains vont plus loin pour saluer la mémoire des combattants. En effet, un groupe de passionnés d’aviation américains font le chemin en avion, en B-17, que l’on surnomme la forteresse volante, pour rendre un hommage à ceux tombés pour la liberté. Retour sur cet avion entré dans la légende, qui restera déterminant pour le sort de la guerre. Le 20 août 1935, le prototype, qui ne portait d’autres marques que les bandes de l’US Army Air Corps et l’immatriculation X13372 sur la dérive, gagna sans escale le terrain de Wright Field, réalisant une moyenne supérieure à la vitesse de pointe de ses concurrents bimoteurs, Mais, au cours de sa première sortie officielle devant les représentants de l’USAAC, le 30 octobre 1935, 1′avion prit une assiette beaucoup trop cabrée dès le décollage, décrocha et s’écrasa au sol en explosant. La cause de la catastrophe fut rapidement découverte : on avait tout simplement oublié, avant le décollage, d’ôter le dispositif de verrouillage qui, au sol, empêchait le débattement des gouvernes de profondeur. Dans l’immédiat, les essais officiels se terminèrent par le choix du bimoteur Douglas B-18 mais l’immense potentiel de développement offert par l’appareil de Boeing n’était pas passé inaperçu, et I3 exemplaires de présérie, désignés YIB-17, furent commandés le I7 janvier 1936. Ceux-ci présentaient un certain nombre de différences par rapport au prototype, notamment au niveau du train d’atterrissage, de l’armement et des moteurs, qui étaient non plus des Pratt & Whitney Hornet de 750 ch mais des Wright Cyclone de 930 ch. En 1937, ces machines furent affectées au 2ème Bombardment Group de Langley Field, où elles devaient accumuler près de 10 000 heures de vol sans connaître d’incident grave. Elles permirent ainsi de résoudre les problèmes posés par la mise en œuvre de bombardiers à long rayon d’action, notamment à haute altitude. Le I4e avion de présérie réalisé était le Y1B-17A, dont les moteurs étaient dotés de turbocompresseurs General Electric portant sa vitesse de 410 à 500 km/h et son plafond à 9 000 m. Source : Avion de chasse.

Baptême en avion Sabre

Jeudi, août 29th, 2013

Si vous êtes passionné d’aviation, préparez votre porte monnaie car le spécialiste du vol en avion de chasse vous propose le mois suivant d’effectuer un vol sur Sabre. Cette expérience unique en France le temps d’un mois s’effectue depuis l’aéroport du Bourget. Le Sabre est un avion totalement magique qui emmènera le passager à la fois dans l’histoire, mais aussi vivre des sensations exceptionnelles tant il est puissant. Le North American F-86 Sabre fait partie des premiers avions de chasse à réaction classiques. Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, la firme North American Aviation (NAA) jouissait déjà d’une excellente réputation comme concepteur et constructeur d’avions de combat grâce à son P-51 Mustang à moteur à pistons. Le F-86 Sabre naquit à la suite d’une demande datée de 1944 de l’US Army Air Force concernant un futur chasseur diurne destiné à l’escorte des bombardiers avec capacité d’attaque au sol. Ce sont ces qualités qui avaient fait du P-5 1 un appareil d’une rare efficacité. North American répondit par une proposition relative à un chasseur à réaction à aile droite. Deux prototypes volants du NA-140 proposé commandés sous la désignation XP-86 devaient recevoir le réacteur General Electric TG-180 (futur J35), un des premiers turboréacteurs américains à flux axial. Au début de 1945, l’US Navy commanda un type dérivé programmé, le XJ F Fury. Mais la conviction que les ailes en flèche étaient essentielles pour le vol à haute vitesse permis par la propulsion par réaction finit par s°imposer et NAA se résolut à modifier le P-86 initial. Bien qu’un petite série de FJ -1 à voilure droite fût néanmoins produite pour l’US Navy, l’ensemble de l’étude du P-86 fut radicalement modifié en vue d’y incorporer une voilure en flèche. Les concurrents Lockheed et Republic ne suivant pas cette voie à l’époque pour leurs projets respectifs, les chasseurs P-80 et P-84, le P-86 refondu de North American fut un peu en retard par rapport à ces deux appareils à voilure droite. Le P-86 prototype qui vola le 1er octobre 1947 se montra bientôt capable de passer le « mur du son ›› en piqué. Le deuxième prototype introduisit le réacteur General Electric J 47 et les capacités de vitesse du Sabre furent mises en évidence lorsqu’un des premiers avions produits porta le record de vitesse absolu à 1079,61 km/h en septembre 1948. La production débuta par le P-SGA (futur F-86A en 1948) qui entra en service avec le 1st Fighter Group de l’US Air Force en 1949. En voila donc sur le Sabre, un avion de chasse exceptionnel qui vous attend donc au Bourget pour un baptême de l’air unique au monde. Si cela vous intéresse, prenez rendez-vous sur le site spécialisé Vol en avion de chasse.

Sortie sur sable et sur mer

Jeudi, avril 4th, 2013

De la pêche à la voile il n’y a qu’un pas. C’est ce que propose quelques professionnels de Bretagne qui vous emmène d’abord pêcher à pied, puis sur l’eau, notamment sur trimaran de course. La pêche à pied se pratique à marée basse, les pieds dans l’eau sur les plages de sable, aux doigts la pêche aux coques bleues, avec un petit râteau manuel pour les palourdes, armé d’une boite de sel fin pour faire sortir les couteaux de leur tanière, avec une épuisette que l’on pousse pour attraper les crevettes Sur les plages de rochers, il est possible de ramasser directement à la main des coquillages fixés sur la roche comme les moules, les bigorneaux et les bulots. Il est également possible de fouiller les rochers à la recherche d’étrilles ou mieux, de tourteaux. Les grandes marées sont les périodes les plus très favorables à ce genre d’activité. La pêche à pied est très réglementée afin de ne pas risquer d’épuiser les gisements. Mais hélas le braconnage est très répandu. Et les désobéissances aussi. Le Grenelle de la mer a permis entre autres la mise en oeuvre de la Charte sur la pêche de loisir éco-responsable, signée en juillet 2010. Souhaitons que chacun la respecte afin que les petits-enfants de nos petits-enfants puissent perpétuer cette tradition séculaire. N’oublions pas que nous empruntons la terre à nos enfants, et la mer aussi. Après cette pêche à pied, direction la mer, à bord d’un trimaran de course. Cette expérience est totalement extraordinaire. Naviguez sur trimaran de course pendant une demi-journée depuis Lorient en Bretagne. A bord de ‘Sensations’, ex-Foncia, des trimarans de course 60 pieds Orma, retrouvez les sensations des grands navigateurs lors de leurs courses à la voile. Vous serez accompagné par les équipes d’Alain Gautier qui pousseront cette véritable formule 1 des mers sur les eaux de Bretagne du Sud. Vivez une expérience de voile extraordinaire. Pour en savoir plus, allez directement sur le site en question pour en savoir plus sur cette sortie en mer.

Séminaire sur la peine de mort

Mardi, novembre 20th, 2012

Présenté intégralement dans le cadre du programme « Philosophie et épistémologie » à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, à Paris, ce séminaire a aussi fait l’objet d’un enseignement aux Etats-Unis. Il précède immédiatement celui consacré à « La bête et le souverain » (2001-2003), déjà publié. Il relève de l’ensemble commencé en 1997-1998 sous le titre « Le parjure et le pardon », qui appartient lui-même à un ensemble plus long, « Questions de responsabilité », initié en 1989 et finalisé en 2003 avec la dernière année d’enseignement de Jacques Derrida. Voici le résumé qu’en donnait Jacques Derrida dans l’Annuaire de l’EHESS 1999-2000 : « La problématique engagée sous ce titre « Le parjure et le pardon » au cours des deux années passées nous a conduits à privilégier cette fois la grande question de la peine de mort. C’était nécessaire au moins dans la mesure où la peine dite capitale met en jeu, dans l’imminence d’une sanction irréversible, avec ce qui paraît tenu pour l’impardonnable, les concepts de souveraineté (de l’Etat ou du chef d’Etat – droit de vie et de mort sur le citoyen), de droit de grâce, etc. Nous avons étudié la peine de mort, de façon au moins préliminaire, aussi bien à partir de grands exemples paradigmatiques (Socrate, Jésus, Hallâj, Jeanne d’Arc) que de textes canoniques, de la Bible à Camus ou à Badinter, en passant par Beccaria, Locke, Kant, Hugo – à qui nous avons consacré de nombreuses séances -, Genet, etc., et surtout de textes juridiques d’après la Seconde Guerre mondiale. Un grand nombre de conventions internationales recommandent en effet la fin des châtiments cruels et des tortures, dont la peine de mort, sans jamais en faire obligation aux Etats dont la souveraineté devait être respectée. Nous nous sommes intéressés aux mouvements abolitionnistes, à leur logique et à leur rhétorique, et surtout aux Etats-Unis dont l’histoire récente, voire très actuelle, a requis de nombreuses analyses – notamment depuis la décision de la Cour suprême qui, en 1972, jugea inconstitutionnelle l’application de la peine de mort (« cruel and unusual punishment »), jusqu’à la reprise amplifiée et spectaculaire des exécutions depuis 1977, etc. Nous avons accordé beaucoup d’attention à l’exception des Etats-Unis. Trois concepts problématiques ont dominé notre questionnement à travers les textes et les exemples étudiés : la souveraineté, l’exception et la cruauté. Autre question conductrice : pourquoi l’abolitionnisme ou la condamnation de la peine de mort, dans son principe même, n’ont-ils (presque) jamais, à ce jour, trouvé une place proprement philosophique dans l’architectonique d’un grand discours philosophique en tant que tel ? Comment interpréter ce fait hautement signifiant ? » En savoir plus.

Expérience de pilote de chasse

Mardi, octobre 23rd, 2012

Si vous appréciez les sensations du baptême en avion militaire, vous aimerez vous simuler dans le métier d’un aviateur de chasse exécutant une mission et un combat dans le ciel. Voici une animation nouvelle et également inédite en Europe qui fût créée par d’ex de l’armée de l’air afin de faire connaître leur penchant du vol. Au final : une activité de pilote de l’armée qui offre des riches émotions, le tout dans un environnement conviviale et bon enfant. Anticipez une bonne journée, à Saint Estèphe, circa de Bordeaux. Cette journée commence par un meeting, sur les avions, sur le pilotage ; car c’est vous qui avez la main – ainsi que sur les moyens du combat dans les airs, et avec rigueur et jovialité.

Vous exécuterez 2 missions militaires dans la journée, avec une réunion entre les deux. Vous simulerez assailleur et protecteur, à tour de rôle. L’idéal est de revenir à deux pour cette animation, pour que vous-même et l’autre concurrent puissiez faire cette animation. Chaque avion est outillé de cibles laser, ainsi que d’un fumigène. En l’air, l’objectif reste inédite : voler près de l’adversaire, faire feu avec la cible laser, et si l’on fait juste, le fumigène de l’adversaire se déclenche, laissant fuir une blanche trace de fumée dans le ciel. Vous êtes mené par de vrais pilotes de chasse, un dans chaque biplan, il vous donne tous les trucs et régie l’appareil ainsi que les évolutions afin de jouir de cette activité de pilote de chasse en toute tranquillité.

Vous gérez le biplan, c’est ce qui fait que cette expérience est complètement originale. Le principe de mire laser qui initie un fumigène permet de placer le jeu dans son atmosphère et de concevoir le résultat de son action sur le champ. La fumée délivre un aspect en plus. Plus qu’un jeu, cette simulation vous propulse dans la peau d’un pilote de la chasse.

Trail Côte d’Opale

Jeudi, août 9th, 2012

Les 8 et 9 septembre, le littoral de la Côte d’Opale sera une nouvelle fois à la fête pour les trailers du monde entier à l’occasion de la sixième édition du Trail National Côte d’Opale en Pas-de-Calais.Pour sa sixième édition, le Trail Côte d’Opale en Pas de Calais est heureux d’accueillir ADIDAS comme nouveau partenaire. La marque aux 3 Bandes a décidé d’offrir un tee shirt technique aux 3000 inscrits de cette épreuve qui charme pas les paysages extraordinaires du Grand site National des deux Caps . Cette année les parcours ont été modifiés pour vous permettre de découvrir de nouveaux horizons dans un sens de parcours inédit. Le village sera cette année très dynamique avec de nombreux exposants et il sera ouvert dés 10 h le samedi 8 Septembre au matin place de Wissant. Le départ commun des épreuves sera donné à 9 h le dimanche 9 septembre sur la Plage avec toujours un nombre de concurrents limités à 3000 !​ Le Trail Côte d’opale en Pas de Calais et l’avant dernière épreuve du Trail Tour National 2012 et sera le support des premiers championnats régionaux de Trail et de Trail Court .​Depuis sa création le Trail Côte d’Opale en Pas de Calais agit pour la protection des sites qu’il traverse en collaborant pour la réalisation de son parcours avec les instances chargées de la protection du Patrimoine naturel et plus particuliérement le Conseil Général du Pas de Calais, la communauté de communes de la Terre des 2 Caps, Eden 62, le conservatoire du littoral, l’association SOS Baie de Slack et les communes traversées.

Réglement strict interdisant le jet de déchet, obligeant le port de gourde pour éviter l usage de gobelets plastiques. Balisage biodégradable sur les 78 km de parcours avec un respect strict des chemins. Poubelles sur le parcours. Présence d’écogardes sur le parcours pour sanctionner les contrevenants. Location de Vtt pour les accompagnants pour diminuer la circulation automobile. Il n y a plus de gobelets plastiques aux ravitaillements exterieurs. Respect de la Nature. Pour que le trail existe, coureurs et supporters doivent ensemble comprendre et respecter la nature .. Extrait du Règlement «- Tout coureur vu en train de jeter ses déchets sur le parcours sera pénalisé et disqualifié. – Des poubelles sont disposées en grand nombre sur chaque poste de ravitaillement et doivent impérativement être utilisées. Il est impératif de suivre les chemins tels qu’ils sont balisés, sans couper. – Tous les coureurs devront respecter le balisage du parcours sous peine d’être disqualifié.» Le public est invité lui aussi à respecter les zones protégées. pour vous inscrire ou en savoir plus: http://www.trailcotedopale.com

Pilote de chasse

Jeudi, août 9th, 2012

Un militaire de la chasse soutient avec des avions de chasse équipés de bombes atomiques à la planification de dissuasion. La jonction des chasseurs bombardiers et des sous-marins durcit l’indépendance de de souveraineté de la France. le pilote d’avion de chasse contribue également à la défense des nationaux contre la menace des airs. A peu près 9 et treize avions intercepteur sont apprétés en permanence à vérifier brièvement tout avion soupçonnable. Enfin, le pilote de chasse est un personnel majeur des manœuvres extérieures mobilisées par la France. Toute la charge qui lui est consacrée le chasseur prend connaissance de sa charge, veille à ce que son avion militaire est actif, maîtrise son avion de chasse pour une opération d’interception. Revenu à l’aérogare, il compose un rapport de sa tâche à son commandement. Au quotidien le aviateur se consacre à l’entraînement militaire. Sa profession exige une énorme capacité d’acclimatation aux innovants matériels qu’il faut dominer. Les pilotes d’avion de chasse sont formés par leur armée d’appartenance, leur entrainement comprenant les caractéristiques jointe à leur interdépendance à un escadron et celles liées à leurs aéronefs et tâches. Une portion de cette éducation se déroule sur simulateur d’avion. Les pilotes militaires doivent faire un coefficient minimum d’heures de vol par an afin de préserver leurs facultés. Ceux qui ne pourront pas devenir pilotes peuvent s’offrir une expérience inimaginable en réalisant un vol en avion de chasse. Vivez les sensations d’un pilote d’aéronef. Découvrez les impressions au cours de le baptême de l’air en avion de chasse.

Séminaire et dauphins

Mercredi, juin 27th, 2012

La nage avec les dauphins est une expérience unique pour de nombreux passionés. Il existe à travers le monde de nombreux sanctuaires au sein desquels les dauphins sont habitués à l’homme. Si les navigateurs sont habitués à nager avec les dauphins qui jouent avec l’avant des bateaux, il serait hasardeux de vouloir partir à leur rencontre sans être connaisseurs. De nombreuses associations gérées par des professionnels permettent de partir à la découverte de ces mammifères dans des conditions de sécurité totales. Si vous n’avez pas encore essayé cette expérience ou que vous souhaitiez offrir une journée unique à un proche, nager avec les dauphins est certainement un des plus beaux cadeaux possible. Divers sites internet présentent la nage avec les dauphins au travers de photos et d’expériences, et de vidéos.

Pour nager avec les dauphins il faudra aller vers Cannes. A 2h de croisière se trouve la réserve Pelagos. Cet espace se situe entre le nord de la Sardaigne, le Sud de la Toscane et délimité par la presqu’île de Giens sur l’ Est. Le sanctuaire entoure globalement la Corse. Cette zone est celle qui regroupe le plus de cétacés comme les baleines, les globicéphales et les dauphins. On y compte 8500 espèces marines différentes. On parle de réserve car les trois pays concernés qui sont la France, Monaco et l’Italie veulent mettre en place des actions de conservation des espèces et de leur environnement. Les dauphins restent des mammifères qui évoluent dans un milieu qui n’est pas fait pour l’homme. La nage avec les dauphins reste néanmoins une expérience extraordinaire.