Archive for the ‘Activités’ Category

S’envoler en hélicoptère

Mercredi, juin 5th, 2019

Les jours d’arrivée et de départ des clients de l’Assiniboine Lodge sont basés sur les jours de vol en hélicoptère. – Les visiteurs des huttes qui accèdent au parc en faisant de la randonnée ou du ski ne sont pas limités aux jours d’arrivée et de départ, sauf les longs week-ends. Notez que les engins volés par hélicoptère arrivent / partent les jours de vol. – Les campeurs qui accèdent au parc en faisant de la randonnée ou du ski ne sont pas limités aux jours d’arrivée et de départ. Notez que les engins volés par hélicoptère arrivent / partent les jours de vol. Toutes les réservations de vols et demandes de renseignements DOIVENT être faites par l’Assiniboine Lodge. Le personnel d’Alpine Helicopters n’est pas en mesure de confirmer les heures d’arrivée et de départ. Appelez ou envoyez un courriel à notre bureau au 403.678.2883 ou à info@assiniboinelodge.com – Arrivez à Canmore la veille de votre voyage à Assiniboine Lodge. – Départ pour les vols commerciaux le lendemain du départ d’Assiniboine Lodge. – Aéroport de Calgary et service de navette Canmore: Banff Airporter – Hébergement recommandé à Canmore: Paintbox Lodge – Un service de taxi est possible et rentable à partir des hôtels de Canmore vers l’héliport alpin de Canmore. – Il n’existe aucun moyen de transport public ou privé réalisable sur le plan économique entre Canmore et le Mount Shark Helipad, mais White Mountain Adventures propose un service de navette pour vous rendre de Mt Shark à Canmore en été. Consultez leur site Web pour les horaires et le calendrier. – Un espace limité dans le camion Assiniboine (2-3 personnes) est disponible de Canmore à l’hélipad du mont Shark. Le coût est de 25 $ par personne / par trajet, plus 5% de taxe. Contactez le bureau de réservation d’Assiniboine pour réserver à l’avance. – Nous faisons tous les efforts pour que les membres du groupe volent ensemble et avec votre équipement. Merci de votre patience si votre équipement n’arrivait pas sur votre vol ou si votre groupe était séparé. Attendez-vous à votre équipement et à vos amis sur un vol consécutif. – Les équipements seront chargés et déchargés de l’hélicoptère par le personnel d’Assiniboine. Retrouvez les infos sur le site du vol en hélicoptère.

Une nouvelle guerre de l’aviation ?

Mardi, novembre 20th, 2018

Les tarifs proposés récemment par la Chine sur certains petits avions, ainsi que sur une grande variété d’autres produits américains, suggèrent que la Chine pourrait ultérieurement réduire les tarifs sur une cible plus effrayante: les avions de ligne qu’elle a de plus en plus importés des États-Unis, ont indiqué des analystes. La Chine a annoncé mercredi qu’elle comptait appliquer un droit de douane de 25% sur plus de 100 produits américains, y compris les avions pesant entre 33 000 et 99 000 livres. Cela ne toucherait pas les plus gros porteurs, mais cette idée a fait frémir l’industrie. Les mesures de rétorsion prises par la Chine sont intervenues au lendemain de l’annonce par l’administration Trump de ses propres tarifs proposés de 25% sur plus de 1 300 produits chinois, y compris des avions, des hélices, des turboréacteurs et d’autres pièces aérospatiales. Cette proposition de tarif américain pourrait augmenter les prix des avions: les constructeurs d’aéronefs américains ont de plus en plus routé leurs chaînes d’approvisionnement à travers le monde, y compris à travers la Chine. Mais la Chine a importé des États-Unis plus de biens d’aérospatiale et de défense que les États-Unis ne l’ont importé de Chine. La Chine a importé pour 16,4 milliards de dollars de produits de défense et aérospatiaux américains l’année dernière, selon l’Association des industries aérospatiales. groupe de commerce. Le groupe a déclaré que la Chine était la plus grande destination d’exportation de l’industrie aérospatiale américaine et que l’aérospatiale et la défense représentaient 12,6% du total des exportations américaines vers la Chine. En revanche, les importations américaines dans les domaines de l’aérospatiale et de la défense en provenance de Chine totalisaient 1,2 milliard de dollars l’an dernier et consistaient pour l’essentiel en pièces d’avion et de moteur, selon le groupe de commerce. Les marchandises en provenance de Chine représentaient environ 2,1% du total des importations américaines dans les domaines de l’aérospatiale et de la défense. Les analystes ont noté que la Chine pourrait rappeler aux États-Unis qu’elle n’avait pas encore décidé de mettre un tarif sur tous les aéronefs. Le tarif proposé mercredi ne couvrirait pas les plus gros porteurs de ligne de la compagnie Boeing, par exemple, mais son déménagement peut être considéré comme une « frappe à l’arc », a déclaré Todd Harrison, directeur du projet de sécurité aérospatiale du Center for Stratégique et international Études. Si la Chine élargissait ses tarifs sur les avions, Boeing pourrait être l’un des pays les plus durement touchés, selon des analystes. La Chine représente le plus grand marché commercial de la société et environ un avion Boeing sur quatre est livré à des clients chinois, selon une vidéo de la société publiée en novembre. Les grands constructeurs d’aéronefs ont de plus en plus développé des chaînes d’approvisionnement mondiales pour la fabrication de pièces dans d’autres pays, y compris la Chine. Ray Jaworowski, analyste principal en aérospatiale chez Forecast International, a déclaré que c’était à cause des coûts moins élevés à l’étranger ou parce que les constructeurs veulent tirer parti des accords de travail partagé – accords en vertu desquels une entreprise américaine crée des emplois dans un pays dans l’espoir que le pays achète ses avions. . Les tarifs américains sur les pièces fabriquées en Chine pourraient augmenter les coûts des avions fabriqués avec ces pièces, a déclaré Harrison. Le tarif proposé par Trump « va rendre les avions américains moins compétitifs sur le marché mondial », a-t-il déclaré. « Il a le potentiel de nuire à notre propre industrie. » A lire en détail sur simulateur avion Nantes.

Les mammifères marins

Jeudi, juin 7th, 2018

Tout récemment, j’ai fait une expérience très insolite : j’ai nagé avec des dauphins. Ca s’est passé à Mandelieu, et je dois dire que j’ai été assez impressionné : c’est vraiment un animal dont la réputation n’est pas usurpée ! Un peu curieux, j’ai essayé de me documenter sur ces bestioles, et j’ai été assez ébahi par certains faits. Je savais depuis belle lurette que les dauphins étaient des mammifères, évidemment, mais je ne voyais pas comment ça se manifestait dans la réalité. Du coup, je partage avec vous mes découvertes. Son appartenance à l’espèce mammifère indique tout d’abord que le dauphin a des poumons, et non des branchies : c’est important à savoir, parce qu’il ne peut de ce fait tenir plus de quelques minutes dans les profondeurs sans remonter à l’air libre pour remplir ses poumons. Ensuite, la femelle ne porte qu’un seul bambin à la fois : la gestation est de 12 mois, et le delphineau ne devient adulte qu’au terme de 5 ans. Mais ce qui m’a le plus troublé, c’est tout de même la provenance même du dauphin, en définitive. Parce que jadis, son ancêtre évoluait en fait sur la terre ferme ! Le mésonyx était une bestiole équipée de sabots, qui vivait de poissons et de grenouilles. Et ce, jusqu’à ce qu’un énorme cataclysme climatique entraîne la suppression de nombreuses espèces. Dans le but d’échapper aux prédateurs ayant survécu, le mésonyx s’est expatrié dans l’environnement aquatique, et son organisme a graduellement évolué pour se faire à sa nouvelle vie marine : ses pattes de devant ont pris la forme de nageoires, sa queue est devenue une nageoire caudale, et ses narines sont remontées vers le haut du crâne pour devenir un seul orifice. Voilà d’où viennent les dauphins : c’est leur lointain passé qui fait qu’ils ont des poumons, ne se reproduisent pas comme les poissons, et ont si peu à voir avec la poiscaille de manière générale ! Au fait, si nager au côté des dauphins vous tente, je vous recommande chaudement l’expérience. Pour ceux qui veulent en savoir plus, c’est d’ailleurs par là que ça se passe, en suivant le lien, pour nager avec les dauphins.

Cyberviolences à caractère sexuel et sexiste

Mardi, juin 5th, 2018

Le cyberespace entre-t-il en concurrence avec l’espace scolaire pour ce qui concerne les apprentissages sexuels  ? Est-il susceptible de modifier les normes de genre ou les attentes genrées ? Les cyberviolences au sens large prendraient pour beaucoup racine dans l’homophobie et le sexisme, Internet véhiculant de manière privilégiée des normes sociales invitant les performances stéréotypées de la féminité et de la sexualité. Jusqu’ici, les rares études ayant proposé une analyse genrée des cyberviolences ont mis en évidence l’existence de dynamiques genrées et sexuelles dans les échanges virtuels entre adolescentes et adolescents. Plus spécifiquement, les pratiques liées au sexting (c’est-à-dire à l’envoi de textos ou de photographies sexuellement explicites) ont fait l’objet d’études spécifiques, dans la mesure où elles ne trouvent pas d’équivalent dans la sphère présentielle. Ainsi, le sexting permettrait autant la stigmatisation des adolescentes envoyant des photos sexy ou parlant ouvertement de sexualité, que la valorisation des adolescents récepteurs de telles photos. Ces études ont établi au moins deux constats. D’abord, la rapidité avec laquelle les informations peuvent circuler dans les structures cyber rendrait les filles particulièrement vulnérables au jugement et à la honte lorsqu’elles ne réussissent pas à « performer » la féminité de manière attendue. Ensuite, le cyberespace offrirait de nouvelles possibilités d’accumuler du capital social à travers les textos et aux photographies à caractère sexuel. Les dédipix, pratique qui trouverait son origine en France, en offrent un exemple précis : les filles en quête de popularité envoient des photos d’une partie de leur corps (plus ou moins étendue, plus ou moins connotée sexuellement) dédicacée avec le nom de l’ami à qui elles l’adressent afin de susciter les commentaires sur les réseaux sociaux.

Passer le temps en avion

Jeudi, mars 29th, 2018

L’autre jour, j’ai reçu un message d’un client qui m’a dit qu’il avait écouté mes enregistrements pendant que je voyageais entre Los Angeles et Hawaii. Apparemment, il avait passé trois des cinq heures de son vol tout en se relaxant dans un état d’hypnose confortable, tout en améliorant en même temps son attention au golf mental. Ce monsieur a particulièrement commenté à quel point il avait apprécié une partie particulière de la visualisation qui consistait à imaginer voler haut dans le ciel comme un aigle. La visualisation sur cette piste particulière a été adaptée aux suggestions de gagner au golf et de s’associer avec un sentiment d’invincibilité – d’où la montée en flèche comme un aigle et le fait d’être le roi du ciel. Je pouvais voir comment mon client avait apprécié cette visualisation plus particulièrement que d’habitude alors qu’il était en train de voler haut dans un avion. La plupart des gens aiment l’idée de voler. Les associations positives avec la liberté sont indéniables. Nous aimerions pouvoir perdre la densité de nos corps et être miraculeusement capables d’étirer nos bras et de flotter dans le ciel. En fait, nous essayons de le faire de plusieurs façons: voler en avion, faire du parapente, du parapente, etc. De temps en temps, quelqu’un arrive avec un autre gadget qui permet de voler d’une autre manière unique. De même, dans notre imagination, nous pensons au vol. Nous pourrions nous allonger dans un champ et observer les nuages en marchant dans le ciel et nous nous demandons ce que cela ferait d’être capable de passer d’un nuage à l’autre. Nous avons des images de tapis magiques et de voitures volantes stockées quelque part dans nos esprits; des images qui ont été déclenchées par des films que nous avons vus ou des livres que nous avons lus. Le film récent, avatar, a piqué notre imagination avec des idées de voler sur des dragons apprivoisés. Imaginer voler haut dans le ciel est quelque chose qui semble avoir un attrait instinctif pour nous les êtres humains. Et pourtant, quand il s’agit de l’acte réel de voler dans un avion, nos pensées peuvent être très différentes. Certaines personnes ont peur de voler; d’autres n’aiment pas la perte de temps ou l’attente dans les aéroports. Nous voyons souvent des articles qui promettent au lecteur des conseils sur la meilleure façon de passer votre temps sur un avion, tout comme ce bref article est également intitulé. Pour moi, le meilleur conseil pour faire un bon usage de votre temps sur un avion est de faire ce que mon client a fait et d’écouter les mp3 d’hypnose. Quels sont les avantages de cela? – Vous êtes vraiment détendu et confortable (malgré les sièges!) – Il est facile de dormir – Vous pouvez travailler sur votre concentration mentale dans le golf ou tout ce que vous voulez améliorer vos pensées sur – Vous pouvez même surmonter votre peur de voler C’est un moyen très puissant et confortable pour utiliser votre temps en vol. Pouvez-vous penser à autre chose qui a autant d’avantages? Plus d’information en allant sur le site du spécialiste du pilotage avion .

avion

Gonflée à bloc… en ballon

Mardi, novembre 21st, 2017

Récemment, j’ai pratiqué avec ma chère et tendre un vol en montgolfière. C’était dans le Gers, et c’était carrément fantastique. J’y suis pourtant allé en traînant la patte (c’est ma moitié qui avait fortement insisté pour que je la suive là-dedans), mais je dois admettre que j’ai été franchement émerveillé, une fois à bord. Parce que les sensations y sont juste grandioses ! Bien entendu, ça n’a rien à voir avec les sensations qu’on peut éprouver dans d’autres engins aériens. Mais ce sont des sensations remarquables. Et impossibles à oublier ! Parce qu’on fait bien plus que se promener dans les airs, en fait. Ca, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Dès lors que l’on s’élève dans le ciel à bord de la montgolfière, l’esprit aussi prend de la hauteur. Et ça, c’est vraiment curieux. Ce n’est pas facile à expliquer. C’est une sensation qu’on ne ressent à aucun moment en avion, par exemple. Peut-être est-ce dû au silence qui règne dans une montgolfière. Je ne sais pas trop, mais c’est en tout cas grandiose. Les vols ont lieu au petit matin, parce qu’en journée, le soleil engendre des courants d’air chaud qui peuvent être dangereux. On survole donc un monde encore endormi. D’une certaine façon, c’est comme contempler la naissance du monde. Plus on monte, plus tous les éléments du paysage rapetissent : on a donc un peu aussi l’impression d’être un dieu admirant le réveil de sa Création. C’est impossible de vous raconter ce qu’on ressent là-haut, mais c’est absolument prodigieux. Néanmoins, je ne pense pas que tous les passagers aient eu les mêmes impressions que moi. Nous étions cinq à bord de la montgolfière, et certains semblaient juste pressés de voir leur quartier depuis le ciel. Mais en définitive, ce n’est pas différent d’un film : celui-ci peut être vécu très différemment en fonction des spectateurs ! En bref, si vous avez des vols près de chez vous, tentez l’expérience ! D’ailleurs, je vous mets en lien le site par lequel nous sommes passés pour ce vol, on y trouve tous les détails. Et admirer le monde par les yeux de Dieu, ce n’est tout de même pas un truc qu’on peut réaliser tous les jours… Pour plus d’informations, allez sur le site de cette activité de baptême en montgolfière dans le Gers et trouvez toutes les infos.

Le Maroc développe son attractivité d’animation

Jeudi, septembre 29th, 2016

Qu’est-ce que l’animation ? L’animation consiste à donner l’illusion d’un mouvement à l’aide d’une suite d’images. Ces images peuvent être dessinées, peintes, découpées, photographiées, numériques, etc. Les courts métrages sont, tout d’abord, des oeuvres cinématographiques destinées à être projetées dans une salle de cinéma. Nous allons les faire entrer dans le contexte de l’apprentissage de la langue tout en cherchant le plus possible à mettre en valeur et à faire découvrir aux élèves les caractéristiques constitutives et artistiques de chaque film. Le public cible est a priori constitué d’élèves en milieu scolaire. En conséquence, les activités proposées tiennent compte du niveau linguistique en français et de l’âge de ce public. Les quatre domaines de compétence sont exercés, compréhensions et productions orales et écrites. Les exercices et les tâches proposées intègrent le plus possible une démarche de compréhension de l’univers cinématographique. Un dossier pédagogique est consacré à chaque film. Chaque dossier comprend trois parties : – la fiche technique du film, le cas échéant la transcription des dialogues ; – une approche cinématographique du film réalisée par l’Agence du Court métrage avec la transcription des dialogues, une analyse filmique et des suggestions d’activités centrées sur l’observation des films ; – des parcours pédagogiques élaborés par le CAVILAM avec des fiches professeurs et des feuilles de travail directement photocopiables et utilisables en classe pour les niveaux A2 et B1. Les fiches au format .doc sont modifiables et permettent ainsi l’ajout des consignes dans la langue maternelle de l’élève afin de faciliter la compréhension. (NB : Nous proposons souvent plusieurs parcours conçus pour une unité de cours de 45 à 50 min.) Il nous semble également possible et pertinent de visionner les films et de discuter en langue maternelle avec les élèves de leurs réactions et de leur compréhension. La priorité est de créer l’envie de rencontrer des films (français et en français) et de placer les élèves en situation de spectateurs conscients. Source: voyage incentive Maroc.

Conférence politique en Allemagne

Lundi, juillet 18th, 2016

Avec un chômage au plus bas, Angela Merkel aurait dû fêter — le 22 novembre — ses dix ans au pouvoir dans l’allégresse. Las, celle que les Allemands surnomment “Mutti”, “Maman”, n’est plus leur personnalité préférée. Elle a dégringolé de 30 points dans les sondages et se classe à la quatrième place. C’est Wolfgang Schäuble qui est désormais numéro un, l’influent ministre des Finances qui a osé comparer l’accueil illimité des Syriens à une avalanche commise par un skieur imprudent. L’attaque est claire. La grogne s’installe dans le pays. La cote de la famille conservatrice CDU-CSU est en forte baisse tandis que le parti de droite populiste (AfD) recueille 10 % d’opinions positives, soit un bond de 6 points en quelques mois — il demande la démission de la chancelière. Celle qui passait pour la femme la plus puissante d’Europe est sur la défensive. Le congrès de la CDU a lieu dans quelques jours à Karlsruhe. Elle va devoir affronter une rébellion sans précédent. Les deux poids lourds, Wolfgang Schäuble et Thomas de Maizière, le ministre de l’Intérieur, vont y mener la danse. Y a-t-il risque de putsch ? Il faudrait que le parti propose un nom pour remplacer Angela Merkel. Mais le pays est dirigé par une coalition avec le SPD qui la soutient et n’accepterait jamais Schäuble comme chancelier. La CSU bavaroise l’accuse d’avoir perdu le sens des réalités. Le droit d’asile n’a pas de limites, disait-elle en septembre. Elle a ouvert les vannes sans consulter personne. On estime à un million le nombre de réfugiés qui seront arrivés en Allemagne en 2015. On ne connaît pas le chiffre des demandeurs d’asile. L’administration chargée de les enregistrer est débordée. À Berlin, l’armée a dû intervenir pour installer des camps de fortune dans un ancien aéroport. Les conditions de vie des migrants deviennent difficiles, ils se battent entre eux. Les bénévoles, si enthousiastes en septembre, sont exténués. Deux cent cinquante maires ont écrit à Merkel pour lui dire qu’ils ne peuvent pas remplir leur mission. Les Länder ont atteint leurs capacités limites d’accueil. Il manquerait 370 000 places d’hébergement et le flot d’arrivants ne tarit pas. L’inquiétude monte. « Wir schaffen das » (“Nous y arriverons”), répète la chancelière. Les Allemands doutent. Alors, elle commence à faire machine arrière (plus de contrôles aux frontières, expulsions accélérées des demandeurs déboutés, renvoi des Syriens dans le pays d’entrée de l’Union s’il ne s’agit pas de la Grèce). Elle est allée demander de l’aide en Turquie. En échange de l’hébergement des Syriens, Erdogan a demandé 3 milliards d’euros. Qui va payer ? Ça n’est pas encore très clair. Les Européens ne veulent pas supporter le choc d’une décision unilatérale. Angela est en train de jouer sa réélection en 2017. Un pari risqué.

Trois petits tours et puis s’en vont

Lundi, octobre 19th, 2015

Mardi dernier, 11h15. Je range ma Clio dans le parking. J’ai un peu le sentiment de lui être infidèle. D’ici moins d’une heure, je vais piloter un véhicule un brin plus grisant : une Lamborghini ! Je confie mon permis de conduire au guichet et gagne la file d’attente. Il y a du monde. Ca me rassure, ça veut dire que l’activité fonctionne. D’autant que certains semblent être des habitués. J’arrive à la salle de briefing où un formateur nous décrit les bases de la conduite. En effet, on ne conduit pas une supercar comme on conduit une citadine. Je pensais que le brief’ serait rébarbatif, mais le cours est interactif. La salle est bondée. Il faut dire que la plupart des participants sont venus accompagnés, et les enfants sont surexcités. A la fin du briefing, on rallie enfin le bas-côté du circuit où nous sommes accueillis par un autre moniteur qui régit l’organisation. Il appelle au micro tour à tour chaque participant, qui passe alors un casque et gagne le véhicule devant une foule en liesse. Entre le bruit des moteurs, le micro et les cris d’encouragement, l’atmosphère est vraiment sonore ! Enfin, j’entends mon nom au micro. C’est à moi ! J’embarque avec d’autres dans une Chevrolet Camaro. On est partis pour un tour de piste à 80 km/h où le pilote nous dévoile la configuration du circuit. Des plots permettent d’identifier les trajectoires, où commencer à freiner, etc. Après ce petit tour de piste, retour à terre. Puis mon nom est une fois encore appelé. Les choses sérieuses commencent ! Je monte à bord de la Lamborghini, côté conducteur, prends mes marques. Il faut que je sois bien installé si je veux profiter de ces trois tours. Une fois que tout est en ordre, j’enfonce le bouton rouge et le ronronnement du moteur se fait entendre. Vingt ans que je rêvais de ce moment ! J’écrase finalement la pédale des gaz et m’insère sur la piste ; le moins qu’on puisse dire, c’est que la bête est réactive. Heureusement, l’instructeur me sert de copilote et m’alerte des virages à l’avance, ce qui me permet d’anticiper. Je fais chanter le moteur, c’est un pur moment d’excitation. En fait, il n’y a qu’un seul défaut à cette expérience : le temps. Les trois tours passent à toute vitesse. Et il est « assez » difficile de retrouver sa Clio après ça… Plus d’infos sur le spécialiste du stage de pilotage GT. Suivez le lien.

Nous avons testé la cuisine moléculaire

Mardi, mars 3rd, 2015

La gastronomie moléculaire est la recherche et compréhension des phénomènes qui arrivent lors des modifications culinaires. La préparation moléculaire est maintenant attractive et perçue comme une méthode de cuisine. Phénomène à la mode pour certains, penchant de fonds pour les autres, la gastronomie moléculaire n’en reste pas moins une réelle discipline scientifique. Pour Hervé This, physico-chimiste qui est l’un des fondateurs de la cuisine moléculaire, la stature moléculaire assure de mieux modéliser les interactions chimiques typiques de la cuisine, notamment dans les émulsions, les cuissons à cœur, les effets tensio-actifs… La nomination de la technique provient de la rencontre de Nicholas Kurti et de Hervé This qui ont appréhendé qu’un domaine scientifique pouvait facilement être distingué, non pas dans la compréhension des ingrédients, mais, plus précisemment, dans la compréhension scientifique des phénomènes gastronomiques. L’un et l’autre ayant fait à des analyses sur les technicités physico-chimiques mis en œuvre par les manières empiriques de la gastronomie, ils coopérèrent à partir de 1985, et leur collaboration fructueuse ne devait prendre fin qu’avec la disparition de Kurti en 1998, à l’âge de 90 ans. La nomination « gastronomie moléculaire » revient à la biologie moléculaire: en 1934, Warren Weaver, alors DG du NIH, avait suggéré cette appellation pour nommer cette nouvelle technique de la biologie où l’on présentait des techniques chimiques et physiques. Pour la cuisine moléculaire, l’objet est la même : primitivement, le moteur de la méthode correspondait à l’introduction en cuisine de méthodes tirées de la chimie et de la physique. Quelques grands cuisiniers s’inspirent des techniques de la cuisine moléculaire, parmi eux, Pierre Gagnaire, Thierry Marx ou Marc Veyrat. La cuisine moléculaire s’est répandue dans les foyers. Vous pouvez présentement réaliser des cours de cuisine moléculaire avec quelqu’uns des grands de la discipline.