Armement: les achats d’occasion

A la veille de ses deux jours de vacances à Vladivostok pour un sommet réunissant le directeur général, Vladimir Poutine, l’excellent ministre Narendra Modi a proposé de fusionner les technologies modernes les plus avancées de la Russie avec les très faibles coûts de production indiens pour créer des armements plus rapidement et à moindre coût. C’était déjà le cas auparavant, avec des accords d’une valeur d’environ 12 milliards de dollars (86 241 millions de roupies) provenant du pipeline. En mars, l’organisation mondiale d’étude sur la paix de Stockholm a désigné la Russie comme le plus important fournisseur d’avant-bras de l’Inde de 2014 à 18, représentant 58% des importations indiennes de défense. Si aucune annonce importante en matière de protection n’est programmée pour le check-out du PM Modi mercredi et jeudi, une série d’engagements de type «Make in India» pourrait permettre à la Russie de faire le point sur sa situation dans les années à venir. Ces travaux ont pris fin et dépassent l’accord de 5,43 milliards de dollars pour cinq modèles du système de missile S-400 Longy Collection Area to Oxygen, publié lors du dernier sommet Modi-Poutine en octobre dernier. En 2015, à la demande personnelle de Poutine, Modi a décidé d’acquérir 200 hélicoptères puissants Kamov-226T pour ce pouvoir et cette armée indiens indiens, sans appel d’offres agressif. Le paquet de 2 milliards de dollars nécessite la construction de 140 Kamov dans Hindustan Aeronautics Ltd, juste après que son partenaire, European Helicopters, produise les 60 premiers appareils entièrement construits. Grâce à cela, des hélicoptères européens lancent un Kamov-226T «navalisé» dans l’appel d’offres de la marine indienne, qui porte sur 111 «hélicoptères utilitaires de la marine». Avec ses installations de production amorties sur les 200 premiers kamovs, les Russian Choppers pourraient offrir à la marine un coût convaincant d’environ un milliard de dollars. New Delhi et Moscou ont approuvé un accord intergouvernemental portant sur le développement de 750 000 fusils d’assaut russes pour votre armée indienne, d’une valeur probable d’environ un milliard de dollars. En mars, Modi a inauguré une entreprise commune indo-russe à Korwa, près d’Amethi, qui commencera sous peu à la production de fusils Kalachnikov AK-203. La coentreprise comprend le conseil d’administration de la ligne de production, avec une participation majoritaire de 50,5%; Kalachnikov, avec 42% du capital, et Rosoboronexport, une organisation d’exportation dotée du statut russe, ont acheté les 7,5% restants. En octobre 2018, l’armoire a autorisé l’achat de 4 frégates russes de type Krivak-III. Les deux premières frégates sont partiellement véridiques et partiellement intégrées. Les chantiers navals Yantar, la Fédération de Russie et l’Inde vont débourser environ 1,5 milliard de dollars pour les réaliser, installer des turbines à essence ukrainiennes Zorya et les transporter en Inde. Entre-temps, un contrat juridique est en cours de négociation pour la construction de deux autres Krivak à Goa Shipyard Ltd. L’Inde exploite actuellement six frégates européennes d’écoles de Krivak. Les trois premiers, INS Talwar, Trishul et Tabar, ont été demandés en 2003-2004. En conséquence, l’INS Teg, Tarkash et Trikand ont été effectivement sollicités en 2012-13. Le missile BrahMos, créé conjointement par l’Inde et la Fédération de Russie à Hyderabad, est actuellement acheté par de nombreux navires de guerre indiens. En décembre dernier, le ministère de la Protection avait déclaré que le BrahMos allait armer les 4 nouvelles frégates Krivak-III. La méthode BrahMos de chaque navire, telle que le «système de lancement vertical» et les missiles à bord, coûte 1 250 crores de roupies (175 000 dollars). Les missiles BrahMos peuvent également être achetés par plusieurs destroyers de la marine de la marine de Visakhapatnam et équiperont les différentes frégates 17A de l’engagement moins que leur production. Le prix total est d’environ 2,6 milliards de dollars. En décembre dernier, le ministère de la Défense avait présenté son expérience au missile russe Igla-S, choisi pour son « système de défense de l’atmosphère de collecte très court » pour cette armée, sa marine et sa force atmosphérique. Rosoboronexport, une organisation d’exportation de la Russie, estime à 1,5 milliard de dollars le montant de 5 175 missiles Igla-S et 800 lanceurs, éliminant ainsi les sociétés suédoise Saab et française, MBDA. L’Igla-S VSHORADS, d’une portée de huit kilomètres, protégera les militaires de l’aviation surmontée d’un avion survolé par les défenses de l’IAF. Bien que l’Igla-S soit sans aucun doute une méthode ancienne, avec l’armée européenne en possession de la 9K333 Verba, elle offre une option abordable.

Comments are closed.